Jeff Saibene, nouvel entraîneur du Racing

Jeff Saibene, nouvel entraîneur du Racing

Plus de trois décennies après avoir porté le maillot de l’Union, Jeff Saibene revient au Racing. Nommé entraîneur principal pour les trois prochaines années, le Luxembourgeois de 52 ans amène avec lui son expérience professionnelle engrangée à l'étranger ainsi que sa grande connaissance du football national. Le natif de Keispelt affiche de grandes ambitions pour le club de la capitale. Rencontre.
 
Jeff, bienvenue au Racing. Comment se sont noués les premiers contacts avec le club ?
 
« Les tous premiers contacts avec le club remontent à quelques semaines et tout s’est accéléré ces derniers jours. J’ai tout de suite eu de très bonnes impressions. On m’a vite fait sentir que le club souhaitait grandir dans les années à venir et redevenir une place-forte du football luxembourgeois. J’ai vite été séduit par le projet du club. »
 
Un club dont vous avez porté le maillot lorsque vous étiez jeune. Joli clin d’œil de l’histoire...
 
« Oui, effectivement, j’ai porté le maillot de l’Union au milieu des années 80. J’étais en catégorie jeunes, en juniors plus exactement, et je me souviens avoir marqué beaucoup de buts avec ce maillot (rires). C’est grâce à cela que j’ai été recruté par le Standard de Liège (Belgique) à l’issue de cette saison avec l’Union. C’était une période fantastique, avec plein de souvenirs comme certains tournois, notamment à Düsseldorf (Allemagne)... Le genre de moments que tu n’oublies jamais (sourire). »
 
International luxembourgeois (64 sélections) en tant que joueur, vous avez également été sélectionneur des Espoirs. A l’instar de la volonté du Racing Union Lëtzebuerg, est-ce que faire confiance aux jeunes est un élément important dans votre coaching ? 
 
« Évidemment, c’est l’une des autres raisons de mon envie de travailler au Racing. Le club a l’image d’un club formateur et cette vocation doit être suivie en équipe première, c’est mon ambition. Former de jeunes joueurs luxembourgeois pour les amener au plus haut niveau doit être notre leitmotiv. C’est en tout cas ce que je souhaite faire avec le club. »
 
Thoune, Aarau, Saint-Gall en Suisse, Arminia Bielefeld, Ingolstadt et Kaiserslautern en Allemagne, vous possédez une solide expérience de coach. Quels souvenirs gardez-vous de vos séjours à l’étranger ?
 
« J’ai vécu de formidables expériences à l’étranger et je garde quelques souvenirs précis comme mon passage à Saint-Gall, en Suisse, ou à Bielefeld, en Allemagne. Si je devais me remémorer un souvenir précis, j’évoquerais un match avec Bielefeld : nous étions avant-derniers du classement de D2 allemande et nous recevions Braunschweig qui, eux, jouaient la montée en Bundesliga. En cas de défaite, nous étions relégués et Braunschweig montait en cas de victoire. Nous avons gagné ce match à domicile 6-0 dans une ambiance indescriptible et de communion avec les supporters. Je suis fier de ma carrière à l’étranger, en tant qu’entraîneur luxembourgeois, et c’est le bon moment pour revenir. » 
 
C’est votre première sur le banc d’un club au Luxembourg. Quelles sont les ambitions du Racing pour la saison 2021-2022 ?
 
« Régis (Brouard) a fait un super travail, avec une équipe qui possède une grosse solidarité. Il y a de la qualité dans cette équipe et notre ambition est de faire aussi bien, d’être régulièrement dans le Top 4, c’est un objectif réalisable. Et peut-être un jour, jouer le titre. »
 
Une campagne européenne dès le mois de juillet, pour commencer, ça doit être excitant non ?
 
« L’Europe, c’est une expérience fantastique pour tout le monde, joueurs comme staff. J’ai eu la chance de le vivre avec Saint-Gall, où nous avions affronté Valencia, Krasnodar et Swansea en phases de poule après avoir éliminé le Spartak Moscou en tour préliminaire. Aujourd’hui, notre ambition avec le Racing doit être de passer ce 1er tour. Tout dépendra du tirage, mais c’est dans l’ordre du possible. On verra, mais ce sera une belle aventure, à n’en pas douter. »