Dames : l'interview décalée de Catherine Thony

Dames : l'interview décalée de Catherine Thony

Arrivée au Racing en début d'année dernière, Catherine Thony est rapidement devenue un élément incontournable de l'équipe Dames. Défenseure centrale, l'ancienne joueuse du FC Woippy nous confie quelques coulisses de vestiaires et nous en apprend plus sur certaines personnalités de l'effectif. Entretien.

 

Tu joues au foot depuis ? « J’ai commencé à l’âge de 6 ans, ça fait donc un peu plus de 21 ans que je joue. Au départ, cela n’a pas forcément réjoui ma mère (Cristina) sachant qu’il n’y avait pas beaucoup de filles qui faisaient du foot à cette période, en revanche, cela a fait la grande joie de mon père (Thierry). »

 

Pourquoi le foot ? « Mon père joue depuis son plus jeune âge et joue encore aujourd’hui. Le foot me permet de me défouler, c’est un réel exutoire pour moi quand certaines choses ne vont pas dans ma vie. Le foot m’a aussi permis de faire des rencontres extraordinaires et de vivre des moments incroyables et j’ai pu développer de nombreuses valeurs humaines qui dictent ma vie à présent. »

 

Ton premier club ? « Froidcul, appartenant à la commune de Moyeuvre-Grande, en France. J’y suis resté 4 ans en jouant avec les garçons. Puis je suis partie au FC Woippy pendant plus de 10 ans avant de venir au Racing. »

 

Au Racing depuis ? « Février 2021 et la décision de partir de Woippy a été la plus dure à prendre. Mais je ne regrette pas mon choix. Je craignais de ne pas réussir à m’intégrer mais les doutes ont très vite disparu en vivant au sein de ce groupe magique. » 

 

Ton plus beau souvenir au Racing ? « Je pense que la victoire en Bosnie-Herzégovine contre Sarajevo reste l’un des meilleurs souvenirs car cela a été le résultat du travail de toute la saison.»

 

L’hymne actuel musical du vestiaire ? « La kiffance de NAPS qui représente le mieux la vie du groupe. On kiffe et cela se ressent énormément sur le terrain. »

 

La DJ du vestiaire ? « Sans aucun doute Djoul alias Capitaine Flam (sourire) : Julie Wojdyla. Elle sait mettre les musiques qu’il faut quand il le faut, elle est au top. Elle devrait se reconvertir professionnellement là-dedans (rires). »

 

Ta coéquipière qui chante le plus ? « Sans aucune hésitation Alexia Richards, qui aurait rêvé de faire carrière dans la musique. Elle la vit d’une force qu’il faut le voir pour le croire (rires). »

 

Ta coéquipière la plus sérieuse ? « Je dirais Élo (Élodie Martins). Elle est très sérieuse mais est surtout une joueuse complète et qui est pour moi et à mes yeux la meilleure joueuse de l’équipe voire du Luxembourg. »

 

Ta coéquipière la plus souvent en retard ? « Avec certitude, Cata (Catarina Lavinas). Elle est tellement sur une autre planète qu’en plus d’arriver en retard, elle se trompe souvent de stade pour les entraînements. Mais c’est comme ça qu’on l’aime. »

 

Ta coéquipière la mieux habillée ? « Par rapport à mes goûts personnels, j’aime beaucoup comment Chloé (Luthardt) s’habille, plutôt classe et discret, comme sa personnalité (sourire). »

 

Ta coéquipière la plus gourmande ? « La plus gourmande reste Pika (Précillia Rinaldi) ! Je n’ai jamais vu une fille avec un aussi petit corps, manger autant de sucre de ma vie (rires). »

Ta coéquipière la plus sage ? « La plus sage est selon moi Tracy (Cammarata). Une personne très discrète, gentille, agréable, douce qui ne pourrait faire de mal à personne mais surtout une personne très intéressante, drôle et avec qui j’apprécie énormément parler. Il y a aussi Juliette (Lorrain), elle ne dira jamais du mal de personne et surtout fuit tous les problèmes. C’est une fille trop mignonne. »

 

Ta coéquipière la plus coquette ? « La plus coquette est sûrement Claudia (Veloso) surtout quand elle a prévu une petite sortie après. Elle donne tout (rires). »

 

Ta coéquipière dont tu es la plus proche ? « Alexia Richards. On se connaît depuis de nombreuses années (on vient toutes les deux de Woippy), on rigole tellement. Après je suis aussi très proche de Pika (Précillia Rinaldi) et Alexandra (Renault-Frih) que je connais que depuis cette année mais que j’ai appris à découvrir. Même si je le redis, j’aime l’ensemble du groupe. » 

 

Un mot pour décrire ton coach ? « Persévérant, tolérant, patient, à l’écoute, gagnant, investi, motivant... Parmi tous les coachs que j’ai pu avoir, je pense qu’il fait partie des meilleurs et des plus complets. Parce qu’entraîner une équipe féminine peut être très compliqué. Et je parle en connaissance de cause car je sais qu’on a une capacité à être chiante plutôt exceptionnelle (rires). Ses discours d’avant-match sont plus que motivants. Je garde en mémoire celui de la Champions League. Contre Sarajevo, on est toutes rentrées sur le terrain comme des guerrières, plus rien ne pouvait nous arrêter. »

 

Un mot pour décrire l’équipe Dames ? « Magique. Nous ne sommes pas qu’une équipe de foot, nous sommes une famille. Et cela ça se ressent dans notre jeu et sur le terrain. Je n’oublierai jamais le moindre moment passer dans ce groupe, cette famille. Je les kiffe avec leurs qualités et leurs défauts. »