Cactus, la fidélité n’a pas de prix

Cactus, la fidélité n’a pas de prix

Partenaire principal du Racing Union Lëtzebuerg depuis de très nombreuses années, l’entreprise luxembourgeoise Cactus continue d’accompagner fidèlement le club de la capitale. Une fidélité que le club doit notamment à son administrateur-directeur, Laurent Schonckert, ancien international luxembourgeois, qui connaît bien le club pour y avoir porté le maillot de l’Union Luxembourg entre 1976 et 1992. 

À une époque pas si lointaine, le club de la capitale tentait de bousculer ce qui se faisait de mieux en Europe au début des années quatre-vingt-dix. Le 18 septembre 1991, l’Union Luxembourg recevait l’Olympique de Marseille en 1/16e de finale aller de la Coupe d’Europe des Clubs Champions devant 9000 spectateurs chauffés à blanc et impressionnés devant tant de grands noms du football mondial : Jean-Pierre Papin, Chris Waddle, Didier Deschamps, Franck Sauzée ou encore Basile Boli. Laurent Schonckert, présent sur le terrain ce jour-là, s’en souvient très bien. « Jouer la Coupe d’Europe, c’est quelque chose d’exceptionnel. À cette époque, nous jouions régulièrement la Coupe d’Europe et je me souviens de ce match contre Marseille mais aussi des matchs épiques à Dresde, dans ce qui était encore à l’époque l’Allemagne de l’Est, avant la chute du Mur… ça reste des moments formidables de ma carrière de joueur. » Une carrière de 16 ans à l’Union auréolée de 3 titres consécutifs de champion du Luxembourg (1990 à 1992) et de 3 Coupes du Luxembourg. Formé à Mamer, le défenseur central n’est pas avare de souvenirs au moment d’évoquer les luttes fratricides entre l’Union de l’époque et ses concurrents directs, la Jeunesse d’Esch et Avenir Beggen. « J’ai rejoint l’Union en 1976 au moment de sa descente en Division 2, explique Laurent Schonckert, administrateur-directeur des supermarchés Cactus. Je me souviens des défaites en finale de coupe contre le Progrès et Avenir Beggen mais aussi et surtout de ma première victoire en 1986 en finale contre les Red Boys (devenu en 2003 le FC Differdange 03, NDLR) avant mes premiers titres de champion de 1990 jusqu’à mon arrêt en 1992. » Les souvenirs emmènent Laurent Schonckert jusqu’en équipe nationale, 18 sélections au compteur, avec des affrontements aujourd’hui devenus impossibles au XXIe siècle. « Avec l’équipe nationale, nous avons joué des matchs contre l’ex-Yougoslavie ou l’Allemagne de l’Est, dans des époques très particulières politiquement. Ça reste des souvenirs très singuliers. Il y a aussi le plaisir, pour ma première sélection, en 1984, d’affronter l’équipe de France de Michel Platini, fraîchement championne d’Europe, avec une défaite honorable (0-4) pour notre petite nation (sourire). » 

Une offre de qualité au meilleur prix 

Sponsor principal maillot depuis le milieu des années quatre-vingt, Cactus apparaît pour la première fois sur la tunique de l’Union au milieu des années soixante-dix. « À cette époque, les règles de la Fédération luxembourgeoise de football limitaient l’espace du logo et donc notre ancien logo n’apparaissait uniquement qu’au niveau du cœur, explique Laurent Schonckert. Ce n’est qu’à partir du milieu des années 80 que nous sommes apparus à notre place qui est encore la nôtre aujourd’hui. » Du premier supermarché ouvert à Bereldange en 1967 aux 61 unités de vente à travers tout le Luxembourg aujourd’hui, Cactus est devenu le premier employeur national du secteur privé en comptant pas moins de 4 400 collaborateurs. Un développement qui ne compte pas s’arrêter là. « Nous avons actuellement deux projets en cours : un centre commercial à Esch, dans le style de ce que nous avons à la Belle Étoile à Bertrange, avec une crèche, un centre de fitness et des logements... Mais également développer notre réseau dans l’est du pays, avec l’ouverture d’un supermarché à Roodt-sur-Syre. » Cactus, qui met en avant son savoir-faire et une offre de qualité au meilleur prix, propose des produits biologiques (sans OGM, sans pesticides, sans engrais chimiques), des produits régionaux en soutenant l’agriculture régionale (fermes, vergers et vignes) ou encore des ateliers de production (pâtisserie, torréfaction, charcuterie et traiteur). Une entreprise essentielle également dans le développement du Racing. « Nous sommes fiers d’être un partenaire principal du Racing Union Lëtzebuerg. Nous serions ravis de voir le club disputer de nouveau la Coupe d’Europe à l’avenir. » Réponse fin mai.