Alexandre Luthardt : « Nous n’y allons pas battus d’avance »

Alexandre Luthardt : « Nous n’y allons pas battus d’avance »

Opposées demain (17h) aux Hongroises de Ferencvàros pour le compte du premier tour de qualification de la Ligue des Champions féminine 2020-2021, les Dames du Racing Union Lëtzebuerg ne se déplacent pas à Budapest pour faire de la figuration. État des lieux avec le coach, Alexandre Luthardt. 

Du désespoir à l’excitation, il n’y a qu’un pas. « Lorsque le tirage au sort a été effectué par les instances de l’UEFA, nous avons été soulagés, explique Alexandre Luthardt, le coach des Dames. Avec la crise sanitaire et le report du tirage au sort, on vivait dans l’incertitude. Aujourd’hui, nous sommes enfin dans la réalité de jouer cette grande compétition. » Figurant parmi les petits poucets de la Women’s Champions League, le club luxembourgeois est conscient de l’ampleur de la tâche de se qualifier, surtout en jouant à l’extérieur. « Ce n’est ni le tirage le plus dur ni le moins dur, analyse le coach. Nous sommes conscients de la supériorité de Ferencvàros mais ce match ne se jouera que sur 90 minutes, et non en aller-retour, donc tout est possible. Nous sommes surtout ravis de vivre cette expérience hors-normes. Pour les filles, cela va leur rester toute leur vie. » Championne en titre de Hongrie, dans un championnat à 8 équipes, le Ferencvàros Torna Club est une équipe totalement inconnue pour le staff du Racing. « Les seules images que nous avons pu apercevoir de cette équipe datent de deux ans. Nous n’avons aucun repère. Nous aurons juste l’occasion de les observer à l’entraînement une fois sur place. Nous avons préparé ce match un peu à l’aveugle et nous ne savons pas si les Hongroises valent une équipe de haut de tableau de D2 française ou de bas de tableau. Quoi qu’il en soit, nous n’y allons pas battus d’avance. »

« Il faut vivre cette aventure comme une belle expérience »

Prévu mardi 3 novembre à 17 heures au Ferencvàros Stadion de Budapest, ce match comptant pour le premier tour qualificatif est un moment unique dans l’histoire du club. « Malgré la jeunesse de notre groupe, je sens une maturité chez les joueuses et l’ambition de faire quelque chose, ajoute l’ancien coach de Piennes et Forbach (France) chez les garçons. Elles ne sont pas venues en touristes. Il y a un coup à jouer. »Deuxième de leur championnat à une longueur du MTK Budapest, Ferencvàros est dans une situation similaire au Racing avec que des victoires pour un unique match nul. « Ultra-favori de notre championnat, je suis très satisfait de notre début de championnat où nous avons uniquement laissé deux points à Mamer. Le club a fait de gros efforts pour recruter cet été et nous devons assurer l’essentiel au Luxembourg, où nous visons le doublé coupe-championnat. » Malgré l’absence de trois joueuses, blessées gravement, le Racing pourra compter sur 18 joueuses motivées et ambitieuses à l’heure de jouer, pour la plupart, leur premier match européen. « Il faut vivre cette aventure comme une belle expérience. » Rendez-vous mardi, des étoiles plein les yeux.